hernie discale et nombreuses séances

hernie discale et nombreuses séances

  • Alice Korovitch

    Témoignage de Christophe, issu du premier forum TI :

    Une patiente s’est fait une hernie discale il y a un an (l4l5). depuis elle souffre le martyr depuis les cervicales jusqu’au sacrum. Se déplace avec une canne (elle est obèse ce qui n’arrange rien) et ce malgré des doses de morphiniques très très très élevées.
    Le jour de la consultation l’ensemble du dos est dur comme un morceau de bois, le contact d’un courant d’air ou des vêtements la fait pleurer. Même le contact de ma main pour la prise de pouls lui est insupportable, elle est hyperesthésique sur l’ensemble du corps ce qui rend la pose d’aiguilles impossible.
    J’ai commencé par Rte3.2 Rt9, ce qui a bien détendu puis métal eau de Vessie et Rein.
    La douleur a beaucoup fluctué avec des sensations de chaud de froid, une descente sur le sciatique, une remontée vers le haut du dos. Bref après une 1/2 heure il ne reste qu’une douleur centrale sur le DM en zone lombaire et cervicale.
    La TI est certes “magique” mais parfois cela demande du temps et pas mal de séances (pour moi en tout cas). Donc je reviens sur ce cas pour ceux qui pourraient se décourager quand la guérison tarde à venir.
    J’en étais resté à cette douleur collée au DM en regard de la HD que je n’arrivais pas à traiter. De ce fait les symptômes sur l’ensemble du dos revenaient à chaque fois au bout de 2 à 3 jours.
    Suite à notre dernier week-end sur les lombalgies, j’ai donc pu affiner le diagnostic et donc le traitement. La bonne nouvelle c’est que ces douleurs impliquaient Rates, reins, canaux et stase de sang j’ai donc eu l’occasion de m’exercer sur pratiquement l’ensemble des points étudiés…
    Donc séances un peu longues (1/2 heure à chaque fois).
    En ce qui concerne cette satanée douleur résistante, elle à céder au traitement d’un point sensible sur le front. Elle ne disparaissait pas pendant la séance mais le point sur le front se “normalisait” et la douleur suivait le même chemin dès le lendemain.
    Maintenant la patiente va pas mal du tout et a arrêté totalement la morphine.
    Donc 2 mois de traitement et une quinzaine de séances.
    Mais rapporté à la durée de la pathologie (2 ans) et à la présence d’une lésion sous-jacente, il ne faut pas se plaindre….

  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.