Alice Korovitch

Home Forums Alice Korovitch

Toutes mes réponses sur les forums

  • Alice Korovitch

    Magnifique !
    Merci et bravo Jacqueline !!

    Alice Korovitch

    Coucou Nathalie,

    Oui ça m’arrive parfois. Ou alors carrément certaines personnes me disent, lorsque j’appuie sur une zone « non, c’est un peu plus à gauche que ça me fait mal » !
    En général je n’en tiens pas compte et je fais le protocole comme prévu, mais je vérifie tout de même après. Souvent, ça s’est calmé, mais parfois pas…

    Je ne peux pas vraiment t’en dire plus… 🙂

    Alice Korovitch

    Hello Nathalie,

    Les points de Sawada, c’est assez merveilleux… je les fais systématiquement après avoir palpé le fukushin, et ça change la donne quasiment tout le temps. Je n’ai encore jamais essayé sur moi mais tu me donnes très envie de m’y mettre 🙂

    Je n’ai jamais eu d’expérience douloureuse comme avec la patiente que tu décris. Le pire que j’ai pu expérimenter était une sensation électrique le long de la jambe chez une de mes patientes, mais ça n’a pas duré, je n’ai jamais eu besoin de m’arrêter pour laisser se calmer une douleur.

    Si c’est une patiente que tu vois régulièrement, essaie de bouger ta main droite plus doucement afin de faire bouger le qi moins vigoureusement, étant donné qu’elle réagit plutôt violemment. Une manoeuvre plus subtile, voire plus superficielle (« le moins fait le plus ») serait sans doute plus appropriée pour elle…

    Alice Korovitch

    Non je ne fais pas détox systématiquement à mes patients, et si je le fais, c’est plutôt en fin de traitement, une fois que j’ai déjà travaillé à normaliser pouls et fukushin. C’est d’ailleurs ce qui m’a valu cette observation que certains fukushin changent seulement avec ce traitement…

    Quant à savoir si nous sommes les seules à utiliser la TI, je ne crois pas (j’espère !!). Par contre nous sommes pour le moment bien les seules à utiliser ce forum 😉

    Alice Korovitch

    C’est une bonne question. Comme il n’y a pas de zone du Fukushin spécifique à la détox, c’est pas évident… je suis un peu comme toi, je le fais pendant 2 minutes ou tout simplement en me fiant à mes impressions/sensations.

    Mais ce que je constate parfois (pas si souvent hein, mais parfois) c’est qu’un fukushin récalcitrant réagit au traitement détox et se modifie alors que les traitements standards n’ont pas été efficients.

    Alice Korovitch

    Hello Christophe,
    Désolée de ne pas avoir été plus réactive… la croix, oui, il s’agit bien des points de la joue pour figurer le fessier (me semble-t-il, il faudrait vérifier avec Nelly en fait !). Quant aux points du front, c’est plutôt au teishin qu’on les travaille, après les avoir trouvés grâce au même outil. Tu fais ça régulièrement ?

    Alice Korovitch

    Non Daniel, je n’ai jamais travaillé sur son dos. Jusqu’à peu le fukushin était tellement problématique que j’y passais l’essentiel de mes séances. Maintenant que c’est mieux, je travaille beaucoup les points de Sawada qui lui font énormément de bien et dont il sent l’influence directe sur son dos.

    Alice Korovitch

    Nous avons terminé aujourd’hui une nouvelle session de 3 séances.
    Entre-temps, il est descendu à 1mg de cortisone par jour, sans que cela affecte trop son taux de plaquettes, qui reste au-dessus de 60 000. Il a déjà dégonflé, et sans doute perdu du poids.

    Nous sommes bluffés par la réactivité de son corps à la formule détox, qui fait mouche à chaque fois. Son abdomen est devenu quasi normal, gargouille beaucoup pendant les séances, et il ne sent plus du tout sa cicatrice sur la colonne vertébrale, une première depuis des années !!

    Alice Korovitch

    Euh, oui… ma faute, je n’ai pas relu et ai laissé cette faute qui est d’origine 🙂

    Il s’agit bien de E36 !

    Alice Korovitch

    Il m’arrive également de temps à autre de ne pas bien sentir le pouls de la personne, de ne pas être sûre. Et là, je fais comme toi, je me concentre avant tout sur les autres signes, tout en allant régulièrement reprendre le pouls. Souvent ça s’éclaircit un peu, on arrive à distinguer plus nettement un éventuel SHO, mais surtout on sent que le pouls se modifie, SHO ou pas !

    Alice Korovitch

    Coucou Nath,

    Je viens seulement de voir ton message…
    Moi, avec ces points, je me fie à mes sensations. Systématiquement au bout d’un moment j’ai la main de l’Oshide qui me fait un peu mal, qui devient lourde et désagréable, parfois même aussi l’autre main, et de temps en temps un petit flush de chaleur dans le haut du corps ou dans les mains. Je perçois ça comme le signal d’arrêt. C’est plus ou moins long selon les patients.

    Quant à leurs sensations, j’y suis évidemment attentive, mais elle n’entrent pas en compte pour ma manoeuvre. Quelles sont tes sensations personnelles ?

    Alice Korovitch

    Aucune expérience dans le domaine puisque je fais plutôt mon auto-soin le soir et le qigong en journée. Je ne me suis du coup jamais posé la question !

    Je ne saurais pas trop dire par quoi commencer… mais ce qui pourrait être intéressant, c’est de tester son pouls et palper son fukushin avant et après une séance de qigong, pour voir ce qui change !

    Alice Korovitch

    Je n’ai jamais encore essayé le Teishin sur moi-même, que ce soit l’abdomen ou ailleurs… faudrait que je m’y mette.

    Pour les auto-soin, j’en fais au moins un par semaine, mais souvent plus. Je ne m’endors pas pendant, mais ça me détend énormément et l’endormissement vient vraiment très vite après 🙂

    Alice Korovitch

    Hello les amis,

    Je suis en train de lire un livre très intéressant : Introduction to Meridian Therapy de Shudo Denmei, traduit par Stephen Brown.

    Il y a un immense chapitre qui traite de la prise de pouls, donc je ne vais pas tout vous retranscrire, mais un détail m’a semblé digne d’être partagé. Je vous traduis donc les quelques phrases que j’ai soulignées :

    La palpation du pouls est plus aisée lorsque l’attention est portée non pas sur les 3 doigts posés sur l’artère radiale, mais sur le pouce à l’arrière du poignet. Il faut palper comme si on percevait le pouls avec le pouce. La force n’est pas placée dans les mains du praticien mais dans son abdomen. Il ne faut jamais mettre de force dans les doigts, mais palper avec la sensation que c’est le pouce qui pousse. Il faut appuyer avec le pouce et diriger la pression davantage vers la position proximale que distale (plus vers l’annulaire que l’index). Il faut éviter la tendance à attraper le poignet entre notre pouce et notre index.

    Il décrit ensuite les différentes positions possibles selon la taille de mains de chacun. On peut donc placer le pouce sur TF4 ou IG5 selon notre confort. On peut également placer plutôt la base de la paume à l’arrière du poignet du patient, auquel cas tout ce qui est décrit plus haut s’adapte.

    Personnellement, bien que j’aie commencé à me sentir à l’aise dans la prise de pouls depuis 6 mois, j’ai vu une vraie différence en appliquant ces conseils ces derniers jours. Le plus marquant est que cela permet aux doigts d’être plus décontractés et donc de mieux ressentir le pouls !

    J’espère que ça pourra aider ceux qui tâtonnent encore ! Pour votre information, Stephen Brown a mis des années à prendre le coup de main et a même failli abandonner l’école Keiraku Chiryu à cause de ça, mais heureusement qu’il s’est accroché puisqu’il a donc pu décrire ce genre de choses pour les autres malheureux qui peinent 🙂

    Alice Korovitch

    Les résultats sont tombés : à ce jour 79 000 plaquettes, soit une remontée de 21 000 en un mois et surtout le dépassement du seuil des 60 000 pour la première fois depuis un an !!